Ilot Gare à Blanquefort : développement urbain renouvelé

Aménagement 30 juin 2017

BLANQUEFORT5

Le projet a été imaginé par Clairsienne, à la demande de la Ville et des riverains, à partir d’un remembrement foncier s’appuyant sur une démarche BIMBY* concertée avec la commune et les riverains désireux de valoriser le fond de leur parcelle mitoyenne.
Il développe un questionnement à travers une recherche confiée à Olivier Brochet (Agence d’architecture Brochet-Lajus-Pueyo) autour de nouvelles formes d’habitat porteuses d’aménité urbaine et environnementale, en alternative à l’urbanisation pavillonnaire.

« Prolonger les quartiers par un plan diffus type lotissement n’est plus possible. Il s’agit d’importer une forme hybride qui assemble les qualités de densification de l’immeuble collectif avec l’habitat individuel environnant. » Olivier Brochet

Compositions hybrides et nouvelles aménités urbaines

Compositions hybrides et nouvelles aménités urbaines

Sur les zones périurbaines récemment irriguées par le tramway, il s’agit d’apporter en douceur une densité et une urbanité nouvelle au cœur d’un quartier d’habitat diffus et qui puissent entrer en harmonie et en relation de bon voisinage avec le tissu existant. C’est l’exercice architectural que nous avons mené à la gare d’accueil du Tramway de Blanquefort. Un immeuble de façade confirme la vocation urbaine nouvelle, tandis qu’au contact du quartier, des maisons en bandes, adossées au jardin suspendu, entourent le parking ; la densité est renforcée, le stationnement logé sous un jardin. Les usages du quartier se prolongent en hauteur, au-dessus du parking. L’esprit de quartier jardin est renforcé, alors que le nombre d’habitants de la parcelle est augmenté. Les jardins dédiés aux maisons sont réduits, mais les usages collectifs se développent. Traversées et venelles offrent au voisinage des porosités et des espaces partagés. Les parcelles ne sont plus cloisonnées, le territoire s’ouvre, les jardins sont pour tous. Les terrasses et toitures jardin sont privatisées. Le vaisseau amiral que constitue l’habitat collectif s’est ancré en douceur au cœur d’un quartier fait de maisons individuelles.

La reconversion du site s’articule sur l’émergence d’une polarité autour de la gare de Blanquefort, nouvelle porte d’entrée de la commune depuis sa desserte par la ligne C du tramway.

* BUILD In My Back Yard: clin d’œil à un « syndrome » dénommé « NIMBY »  (Not In My Back Yard) et  dénoncé par les urbanistes.  Il s’agit a contrario d’une  démarche d’optimisation foncière favorisant la densification de secteurs pavillonnaires, en mobilisant l’initiative privée, qui constitue aujourd’hui une  filière alternative et crédible de production de la ville pour enrayer les processus d’étalement urbain.